Le Bloc québécois veut que les passeports puissent être imprimés en Abitibi-Témiscamingue

admin
2022-08-01T13:12:11-04:00
À la UneQuébecslider
1 août 2022
Le Bloc québécois veut que les passeports puissent être imprimés en Abitibi-Témiscamingue

Assahafa.com

Le député du Bloc québécois dans la circonscription d’Abitibi-Témiscamingue, Sébastien Lemire, souhaite que les passeports puissent être imprimés dans la région.

Quelques semaines après l’apogée de la crise des passeports, au début de l’été, le député bloquiste est revenu sur la situation et sur la façon dont le tout a affecté les citoyens de l’Abitibi-Témiscamingue.

Ça a été des périodes assez épouvantables. Quand le goulot d’étranglement commençait à se faire, j’ai apporté des passeports à Gatineau, parce que pour moi, c’est inconcevable qu’on ne soit pas capables de les faire imprimer en région. Je comprends que le système postal fonctionne, mais quand ça a commencé à être difficile, l’exigence, c’était : « Venez en personne. » Il n’y a pas d’autres solutions, surtout à la dernière minute, pour pouvoir y aller, dit-il.

Alors que de nombreux Canadiens se sont rendus directement aux bureaux de Service Canada pour se faire délivrer le précieux document en personne, Sébastien Lemire déplore que ce ne soit pas une option pour les Témiscabitibiens, à moins de faire de nombreuses heures de route.

Évidemment, pour nous, c’est de six à huit heures de route, dépendamment où on est dans la région, donc conséquemment c’est de deux à trois jours de travail que les gens sont obligés de suspendre, dans des heures ouvrables forcément parce les bureaux n’ont pas été ouverts les fins de semaine, affirme-t-il.

« On était vraiment dans le contexte d’un système qui a failli complètement et les solutions n’étaient pas adaptées à une région comme la nôtre. Je trouve ça extrêmement fâchant. »

— Une citation de  Sébastien Lemire

Voyages annulés

Sébastien Lemire explique que le rôle du bureau de circonscription a principalement consisté à accompagner les citoyens.

C’est sûr que les gens qui étaient nerveux et qui prévoyaient à l’avance, c’était plus difficile de pouvoir les aider, mais on a été capables d’avoir un accompagnement serré et de faire en sorte de faire la différence dans certaines situations pour s’assurer qu’effectivement les voyages puissent être possibles, souligne-t-il.

Malgré les efforts déployés, des voyages ont dû être annulés en raison des délais pour la production des passeports.

Il y a des gens qui ont dû renoncer, ça a créé beaucoup de frustration, mais on parle d’une dizaine de cas problématiques de plus en trois mois que pendant les huit dernières années, nuance-t-il.

Imprimer en Abitibi-Témiscamingue

M. Lemire reconnaît que des vérifications de sécurité doivent être réalisées avant la délivrance d’un passeport, mais il soutient que cela ne devrait pas empêcher la dernière étape du processus de production d’être effectuée en Abitibi-Témiscamingue.

Je ne comprends pas qu’on n’ait pas ce service-là. Ce serait quoi d’avoir une imprimante, ici en Abitibi-Témiscamingue pour des passeports, qui nous permettrait peut-être de répondre [à la demande]? Il y a des régions qui l’ont, je pense qu’on est rendus là. L’analyse des dossiers, le rôle est évidemment tout l’aspect de la sécurité, mais ça, ça peut se faire à distance. Le principe demeure qu’on doit pouvoir avoir accès à des services en région, et là-dessus, Service Canada a échoué, clame-t-il.

La pénurie de main-d’œuvre n’est pas seule en cause, dit Lemire

Sébastien Lemire refuse par ailleurs de faire porter tout le poids des difficultés de Service Canada à la pénurie de main-d’œuvre. Il croit que les régions devraient se faire accorder davantage d’autonomie en ce qui concerne les services à la population.

La décentralisation fait partie de la solution des services de proximité. On est une population vieillissante, les gens ont besoin d’être éclairés, d’être accompagnés dans bien des cas. Oui, ça aiderait, mais il n’y a rien qui justifie que quand on appelle à une ligne, il faut attendre quatre, cinq ou six heures, si on est chanceux, pour pouvoir parler à quelqu’un. La pénurie de main-d’œuvre a le dos trop large dans cette situation-là. C’est un manque clair d’organisation et de leadership de la part du fédéral sur ces questions-là.

Source: Radio-Canada

Lien Court
Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
j'accepte!