Nouvelles manoeuvres militaires russo-algériennes à la frontière avec le Maroc

admin
À la UneMarocslider
17 novembre 2022
Nouvelles manoeuvres militaires russo-algériennes à la frontière avec le Maroc

Assahafa.com

Hier 16 novembre 2022, des manœuvres militaires algéro-russes ont été lancées dans la région de Béchar (sud-ouest du pays), proche de la frontière avec le Maroc. Ces manœuvres, qui prendront fin le 28 de ce mois, s’inscrivent dans la continuité de celles menées par les deux armées en septembre dernier sous le nom de « Vostok 2022 ».

Ces manœuvres ont été précédées d’une coordination menée au début du mois par Dmitry Shugaev, directeur du Département fédéral de la coopération militaro-technique russe, arrivé en Algérie à la tête d’une importante délégation militaire. Cette visite est intervenue quelques jours après l’approbation de l’augmentation du budget d’armement algérien, qui est passé à environ 23 milliards de dollars, un chiffre qui a motivé les forces russes à rechercher de nouveaux contrats qui pourraient les aider à couvrir les coûts élevés de la guerre contre l’Ukraine.

À cet égard, de nombreux observateurs et spécialistes en armement estiment que les manœuvres de Bachar sont un message de Moscou à l’Occident, à travers lequel elle veut montrer sa capacité à être présente à plus d’un endroit et exactement à proximité des intérêts occidentaux, à l’ouest de la Méditerranée. Le choix de cette région particulière contredit complètement ce qu’avait dit la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, qui a déclaré que ces manœuvres conjointes ne visaient pas un pays tiers.

La relation étroite entre l’Algérie et la Russie, notamment sur le plan géopolitique, qui s’est accélérée après le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne, révèle sans aucun doute le soutien de l’Algérie à la Russie dans cette guerre, ainsi que le double discours officiel algérien appelant à le non-alignement et la neutralité d’une part et un soutien fort et clair sur le terrain d’autre part.

Dans ce contexte, Moscou considère l’Algérie comme un front avancé dans sa stratégie d’affrontement militaire avec l’Occident, auquel elle recourra pour étendre sa sphère militaire afin d’imposer sa puissance militaire, car ce déplacement fera de la frontière algéro-marocaine une ligne de démarcation entre la sphère d’influence occidentale et la sphère d’influence de l’ex-Union soviétique.

De ce point de vue, l’alignement de l’Algérie sur la position russe nécessite une démarche immédiate des pays occidentaux afin de revoir ses partenariats et sa stratégie avec le régime en place en Algérie dont les intérêts sont en conflit avec l’Occident. L’Algérie bénéficiant plutôt des revenus des contrats énergétiques conclus avec les pays occidentaux et continue en même temps de renforcer sa coopération militaire avec Moscou dans le sillage de la guerre d’Ukraine.

Dans cette circonstance particulière, il convient de rappeler la position de 27 sénateurs américains, qui ont exigé fin septembre dernier, par une lettre au secrétaire d’État Anthony Blinken, de prendre des mesures punitives contre l’Algérie, ayant signé des contrats d’armement avec la Russie, qui aideront à financer l’invasion russe de l’Ukraine.

Ce rapprochement militaire algéro-russe, notamment sur le plan opérationnel, incitera inévitablement l’occident à reconsidérer ses relations avec l’Algérie, qui a facilité la présence militaire russe dans nombre de pays africains.

Lien Court
Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
j'accepte!