La Chambre des communes condamne Sergueï Lavrov pour ses propos

admin
À la UneCanadaslider
4 mai 2022
La Chambre des communes condamne Sergueï Lavrov pour ses propos

Assahafa.com

Les propos « faux, diffamatoires et offensants » du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lui ont valu une condamnation des élus fédéraux à Ottawa.

Le premier ministre Justin Trudeau s’était déjà insurgé la veille, et, mardi, c’était au tour des députés de la Chambre des communes de manifester leur mécontentement par rapport aux déclarations faites par le chef de la diplomatie du Kremlin.

Dimanche soir, Sergueï Lavrov a voulu discréditer le président ukrainien Volodymyr Zelensky en puisant dans une théorie du complot traitée avec scepticisme par les historiens, soit celui du prétendu « sang juif » du dictateur génocidaire allemand Adolf Hitler.

« Zelensky fait valoir cet argument : comment le nazisme peut-il être présent (en Ukraine) s’il est lui-même juif. Je peux me tromper, mais Hitler avait aussi du sang juif », a-t-il lancé dans une entrevue accordée à un média italien.

Le ministre a aussi soutenu dans le même entretien que le Canada et les États-Unis, « en particulier les Canadiens », ont « joué un rôle de premier plan dans la formation de divisions ultra-radicales et ouvertement néo-nazies en Ukraine », d’après un article de l’agence de presse Tass, porte-voix du régime Poutine.

Les députés à Ottawa l’ont rabroué en consentant unanimement au dépôt d’une motion du libéral Anthony Housefather, qui est de confession juive.

« Que la Chambre souligne que le Canada est un pays accueillant, ouvert sur le monde, investi dans la lutte contre l’antisémitisme et toutes les formes de discrimination, et condamne les propos faux, diffamatoires et offensants du ministre russe des Affaires étrangères », dit la motion en question.

Le premier ministre Trudeau avait déjà descendu le ministre Lavrov en flammes, lundi.

« Ces commentaires sont ridicules et inacceptables. Le fait que la Russie répande de la désinformation et des faussetés a atteint un point où nous ne devrions même plus être surpris, mais ce que le ministre des Affaires étrangères a dit est renversant », a-t-il laissé tomber en marge d’une annonce économique en Ontario.

L’un des prétextes mis de l’avant par Moscou pour l’invasion de l’Ukraine est son plan de « dénazifier » le pays.

Source: La presse

Lien Court
Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
j'accepte!