Erin O’Toole devra bien trancher sur la vaccination obligatoire de ses députés

journaliste2
À la UneCanadaslider
14 octobre 2021
Erin O’Toole devra bien trancher sur la vaccination obligatoire de ses députés

Assahafa.com

L’un des défis pour Erin O’Toole, en restant à la tête des conservateurs, sera de décider si ses députés devront être pleinement vaccinés pour entrer à la Chambre des communes.

Alors que les partis se préparent à la reprise des travaux parlementaires après les élections fédérales du mois dernier, les libéraux, les bloquistes et les néo-démocrates exigent tous la double vaccination.

On ne sait pas à quel moment précisément les députés reviendront à Ottawa, mais le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que dès le 1er décembre, les passagers des avions et des trains devront être pleinement immunisés.

Cette politique touchera donc les politiciens fédéraux qui gagneront Ottawa en provenance de différentes régions du pays.

Le whip conservateur Blake Richards a déclaré que les négociations sur le retour en Chambre n’avaient pas encore commencé. Le député albertain a ajouté que les conservateurs continueront de suivre toutes les directives de santé publique et d’encourager tous les Canadiens qui peuvent se faire vacciner.

Il a toutefois été très clair : Les conservateurs ne soutiendront absolument pas le Parlement virtuel, en visioconférence, comme on l’a vu pendant la pandémie. Son bureau n’a pas encore précisé s’il appuyait ou non l’obligation de pleine vaccination pour les députés.

Pendant la campagne électorale, M. O’Toole s’est opposé au plan libéral visant à imposer la vaccination obligatoire pour les fonctionnaires fédéraux, les personnes travaillant dans les secteurs sous réglementation fédérale et les voyageurs nationaux.

Mais le chef conservateur est resté silencieux, la semaine dernière, lorsque le premier ministre réélu a dévoilé les détails de cette politique. Le député conservateur Mark Strahl a qualifié cette obligation de discriminatoire et coercitive, qui devait être combattue.

Nous devons continuer à exiger des exemptions et des aménagements raisonnables, comme des tests rapides, pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas se faire vacciner, a soutenu sur Twitter le député de la Colombie-Britannique.

Discrétion vaccinale

Le bureau de M. O’Toole n’a pas répondu lorsqu’on lui a demandé son message aux députés conservateurs qui pourraient ne pas être complètement vaccinés, étant donné qu’il n’a pas fait de la vaccination une exigence pour les candidats pendant la campagne – contrairement aux trois autres grands partis.

Un décompte effectué par La Presse canadienne révèle qu’au moins 76 des 119 députés conservateurs se disent pleinement vaccinés; 38 autres n’ont pas répondu à temps à la question. Par ailleurs, les porte-parole des bureaux de la députée de la Colombie-Britannique Kerry-Lynne Findlay et du Manitobain Ted Falk ont répondu qu’ils refusaient de dévoiler publiquement leur statut vaccinal.

Lors d’un débat entre candidats le mois dernier, Leslyn Lewis – une ancienne rivale de M. O’Toole dans la course à la chefferie, qui est fortement soutenue par la base sociale conservatrice du parti –, a déclaré qu’elle était pro-vaccin, mais qu’elle ne dévoilerait pas publiquement son statut vaccinal.

Un porte-parole de Marc Dalton a déclaré que le député de la Colombie-Britannique était partiellement vacciné et prévoyait de recevoir une deuxième dose.

Le député ontarien vétéran Dean Allison est l’un des deux députés qui invoquent des raisons médicales pour ne pas recevoir de vaccin; il assure avoir divulgué son statut au bureau du whip. Au cours de la campagne électorale, M. Allison a déclaré qu’il utilisait les tests de dépistage rapides et avait un billet du médecin, mais admet qu’il n’y a pas eu vraiment beaucoup de conversation jusqu’ici sur la suite des choses.

Tous les candidats devaient soutenir le message du chef : que nous étions opposés à la vaccination obligatoire, a-t-il déclaré.

Le député conservateur nouvellement élu Clifford Small a assuré qu’il était pleinement vacciné et il s’attend à des débats sur la politique fédérale de vaccination obligatoire dans un avenir très proche.

Source: Radio-Canada

Lien Court
Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
j'accepte!