Crise du personnel dans les hôpitaux : le Parti québécois presse Québec d’agir

journaliste2
À la UneQuébecslider
15 juillet 2021
Crise du personnel dans les hôpitaux : le Parti québécois presse Québec d’agir

Assahafa.com

Le Parti québécois (PQ) exige que le gouvernement du Québec dépose maintenant des solutions concrètes au manque de personnel et aux piètres conditions de travail dans certains départements d’hôpitaux au Québec.

Le député des Îles-de-la-Madeleine et porte-parole du Parti Québécois en matière de santé Joël Arseneau estime que les bris de services dans les salles d’urgence, la réduction de leurs heures d’opération de même que la fermeture de lits découlent du manque de planification du ministre de la Santé.

joel arseneau depute des iles de la madeleine en conference de presse a lassemblee nationale 2 2 - Assahafa

À son avis, la situation actuelle nuit à la qualité du service aux citoyens et au climat de travail dans les hôpitaux et peut mettre à risque la santé des Québécois.

Au Bas-Saint-Laurent notamment, on apprenait récemment que les soins intensifs de l’hôpital de Matane seraient fermés tout l’été. Près de la moitié des 28 employés réguliers des services d’urgence et des soins intensifs seront absents au cours des prochaines semaines, que ce soit pour des vacances, des congés de maladie, des congés de maternité ou tout simplement parce que des postes sont vacants.

Joël Arseneau invite maintenant le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé à cesser de justifier les interruptions de services comme une fatalité et à prendre les choses en main.

Il ajoute qu’il était plus que prévisible que la période estivale serait difficile dans les urgences au Québec et que le ministre Dubé savait que l’offre de services serait compromise. Il lui reproche de ne pas avoir cru bon de prévoir un plan de contingence et une modulation des services en fonction du nombre de professionnels en soins disponibles.

Joël Arseneau affirme que les ratios sécuritaires ne sont pas respectés et que les patients doivent parfois parcourir une centaine de kilomètres pour être admis à l’urgence, aux soins intensifs ou pour un accouchement, notamment au Bas-Saint-Laurent, en Estrie, en Outaouais et en Montérégie.

Le député des Îles-de-la-Madeleine invite le ministre Dubé à se déplacer dans les régions où les problèmes sont criants.

Source: Radio-Canada

Lien Court
Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
j'accepte!