La crise du COVID-19 peut être une opportunité historique pour le Maroc

4 mai 2020
La crise du COVID-19 peut être une opportunité historique pour le Maroc
Lien Court

Assahafa.com

Hicham Alaoui

Au cours des 20 dernières années d’exil volontaire, je suis rentré sporadiquement au Maroc pour rendre visite à ma famille et mes amis. Maintenant, je suis ici indéfiniment jusqu’à ce que la pandémie de coronavirus passe. J’ai observé ses effets sur mon pays d’origine non seulement comme un fier Marocain, mais aussi comme un spécialiste des sciences sociales qualifié évaluant comment l’État marocain a réagi – et comment de nouvelles dynamiques sociales peuvent en émerger.

Officiellement, les mesures marocaines de confinement et d’atténuation ont été décrites comme un modèle de réactivité. Malgré les pénuries de tests et le non-rapatriement des Marocains à l’étranger, de nouvelles ressources comme des équipements de protection individuelle ont été fournies aux hôpitaux. Les fonds d’urgence soutiennent l’économie. Les forces militaires et de sécurité ont appliqué des politiques strictes de mise en quarantaine et d’hébergement. Malgré le fait que les taux d’infection sont parmi les plus élevés d’Afrique, les décès dus au COVID-19 restent relativement bas, une réalité dont tous les Marocains sont reconnaissants.

Cependant, l’agressivité de ces réponses découle d’une réalité troublante. L’État est intervenu rapidement pour contenir la pandémie car il ne pouvait pas se permettre de faire autrement. Elle a déjà pris du retard dans la fourniture de biens de base tels que l’éducation et l’emploi, en raison du modèle économique néolibéral débridé adopté par les planificateurs nationaux pendant deux décennies au détriment du développement social. Le secteur des soins de santé n’a pas pu absorber même une augmentation modeste des hospitalisations et des décès. En résumé, la réponse du Maroc a été optimale compte tenu de ses ressources, mais sous-optimale compte tenu de son potentiel.

Pourquoi est-ce troublant? Non seulement les projections médicales suggèrent qu’une deuxième vague de la pandémie se profile cet hiver, mais il y aura plus de menaces existentielles à venir de ce type. Le changement climatique accentuera encore ces dangers. De plus, des pans entiers de l’économie marocaine resteront en crise dans un avenir prévisible. Un nombre important de la main-d’œuvre travaille dans le secteur informel, le produit d’un néolibéralisme sans entraves qui n’a produit aucun effet d’entraînement en raison de la faiblesse de l’état de droit. Réduire les inégalités signifie que les traitements efficaces contre COVID-19 n’atteindront pas la plupart de la population. En tant que Marocains, nous n’avons qu’à considérer le Rif pour reconnaître les dangers qui nous attendent.

Dans le contexte de cette crise, de nombreux Marocains ont mis de côté les griefs permanents et mis leur confiance en leur État. Politiquement, les Marocains ne travaillent pas sous l’extrême polarisation souvent observée dans d’autres pays arabes. Certes, le Maroc n’a pas le système démocratique de la Tunisie, où les institutions électorales maintiennent les choses en place. Mais il ne présente pas non plus les schismes profonds de l’Algérie, où le mouvement de protestation de Hirak l’année dernière a révélé l’érosion de la légitimité militaire et de sa façade civile. Au contraire, la politique algérienne sera encore plus fracturée après la pandémie.

Le Maroc se situe au milieu. Contrairement à la Tunisie, où les institutions démocratiques absorbent et arbitrent cette crise, l’État ne peut que la dévier et la reporter. Cependant, la politique marocaine n’a pas non plus éclaté à travers des divisions inconciliables, en partie en raison de la présence unificatrice de la monarchie. Cela donne aux Marocains la possibilité d’envisager un avenir de gouvernance améliorée qui compensera les déficiences passées et nous laissera mieux préparés aux menaces futures. Ce n’est pas un substitut à un véritable pluralisme, mais cela peut faciliter son apparition.

Récemment, le roi Mohamed a déclaré que le paradigme du développement économique en vigueur avait échoué. Comme le proverbe chinois soutient que chaque crise s’accompagne d’opportunités, nous avons maintenant une ouverture pour la réaligner, malgré le fait que davantage de difficultés s’ensuivront probablement alors que la pandémie continue d’avoir des conséquences durables. Par exemple, les envois de fonds, longtemps une source vitale de financement économique, diminueront, car les Marocains à l’étranger garderont probablement leur argent à proximité. Le secteur du tourisme mettra de nombreuses années à se redresser. Mais le Maroc peut également profiter des perturbations de la chaîne d’approvisionnement mondiale pour sécuriser de nouveaux modes de production. L’autosuffisance et les dépenses sociales doivent être des priorités.

Surtout, nous ne pouvons pas simplement modifier le modèle néolibéral en faveur d’un plan monarchique clé en main. L’accent est mis ici non seulement sur les idées qui sous-tendent le développement national, mais sur le processus par lequel ces idées se concrétisent. Les ruptures majeures qui permettent une telle introspection sont rares au Maroc. L’un est venu après le décès de mon oncle, le roi Hassan II, en 1999. Un deuxième est venu avec le printemps arabe en 2011. Aujourd’hui marque un autre point d’inflexion de ce type, qui permet à toute la société partageant des traumatismes et des frustrations communs de prendre du recul.

Ce processus ne sera pas facile. De nombreux Marocains ont perdu confiance dans l’engagement politique après trop de promesses de réforme manquées. L’impulsion du Printemps arabe à exiger la voix et la dignité deviendra plus omniprésente. De nouvelles initiatives sociales et économiques doivent être formulées en étroite concertation avec la société, à travers des dialogues inclusifs qui favorisent la participation plutôt que l’imposition descendante.

L’État doit éviter de succomber à l’énorme tentation d’alimenter le faux patriotisme ou d’agrandir son élan autoritaire en sécurisant la pandémie. Par exemple, les technologies de surveillance utilisées pour assurer l’éloignement social ne peuvent pas être réoutillées pour supprimer la mobilisation politique, comme c’est le cas en Russie et en Chine. En effet, beaucoup ont supposé à tort que les autocraties sont mieux équipées pour la crise actuelle en comparant la Chine aux États-Unis. Cependant, c’est une fausse dichotomie. Pour chaque Chine, il existe des démocraties prospères comme la Corée du Sud et Taïwan où une coordination étroite entre l’État et la société n’est pas assurée par l’armée ou la police, mais plutôt par la confiance, la transparence et l’engagement des citoyens.

Bref, une opportunité historique se présente désormais pour le Maroc; ne la gaspillons pas.

Lesoir.be

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
j'accepte!