Facebook, Google et Twitter se dotent d’un nouvel instrument de lutte contre l’extrémisme

admin
2019-09-27T13:03:52-04:00
À la UneRéseau sociauxslider
24 septembre 2019
Facebook, Google et Twitter se dotent d’un nouvel instrument de lutte contre l’extrémisme

Assahafa _ Canada

Les trois entreprises et plusieurs autres géants technologiques ont annoncé lundi dans un communiqué leur intention de renforcer leur lutte contre l’extrémisme en créant une structure indépendante.

Les responsables de cette nouvelle organisation devaient s’entretenir lundi à New York avec plusieurs dirigeants et dirigeantes, dont la première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern et le président français Emmanuel Macron, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

Cette initiative prend la suite d’un consortium créé en 2017 par Facebook, Microsoft, Twitter et Google. Le géant de Seattle Amazon ainsi que les plateformes LinkedIn (appartenant à Microsoft) et WhatsApp (Facebook) ont rejoint la nouvelle organisation.

Celle-ci aura pour vocation de « déjouer les tentatives de plus en plus sophistiquées des terroristes et des extrémistes pour se servir des plateformes digitales », selon les termes du communiqué.

Facebook a précisé que la structure bénéficierait d’un personnel indépendant et qu’une direction générale. Des personnes issues d’organisations non gouvernementales dirigeront quant à elles un comité consultatif.

Les gouvernements des États-Unis, de la France, du Royaume-Uni, du Canada, de la Nouvelle-Zélande et du Japon auront également un rôle de consultation, tout comme des spécialistes de l’ONU et de l’Union européenne.

Depuis plusieurs mois, Facebook multiplie les initiatives pour combattre les contenus « haineux et extrémistes » sur Internet.

Mardi dernier, le groupe dirigé par Mark Zuckerberg a annoncé avoir fait appel à la police de part et d’autre de l’Atlantique pour éduquer ses outils d’intelligence  artificielle  afin d’arrêter les retransmissions vidéo d’attaques extrémistes en direct sur sa plateforme.

Le premier réseau social au monde avait étévivement critiqué  pour avoir mis 17 minutes avant d’arrêter la vidéo retransmise en direct d’un suprémaciste blanc, qui s’est filmé pendant qu’il attaquait une mosquée le 15 mars à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, tuant 51 musulmans.

Source: agence France-Presse

Lien Court
Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
j'accepte!